Association des amis d’André Stagnaro-Poésie Vivante

L’auteur a disparu peu après la parution de ce premier livre, à une époque où n’existaient pas les moyens de communication du XXI° siècle (dans les foyers, ni télévision, ni portable, ni smartphone, ni réseaux sociaux) ; la diffusion de la poésie était entre les mains des libraires, éditeurs, journalistes, associations de poètes, producteurs de radio et l’auteur ne faisait partie d’aucune de ces structures ; son entourage même (épouse et enfants mis à part) découvrait la face cachée de cet écrivain secret.

Il aurait donc dû sombrer dans un oubli total ; ni femme ni enfant n’était alors en mesure d’assurer le rôle d’agent artistique ni d’aller tirer des sonnettes ; son éditeur Galliena, dont n’existe en 2018 aucune trace sur internet, avait certainement dû publier l’ouvrage à compte d’auteur, ne se souciant pas de prendre des risques financiers pour un inconnu.

Découverte du livre : hasard ou destin ?

Existait alors, à Paris, le « Club du faubourg ». Là, en s’inscrivant en début de séance, qu’il soit chanteur, écrivain, inventeur, chacun pouvait présenter au public pendant 10 minutes son travail, son œuvre, sa découverte. C’était une scène libre ouverte à tous.
Ce jour là, Stéphane Pizella, auteur connu d’une émission littéraire radiophonique, forte d’une large audience, venait présenter le livre qu’il venait de publier : une sorte de recueil de ses émissions qui s’appelait « ballades pour un homme seul ». Il attendait son tour de monter sur la scène et vit sur une chaise à côté de lui, un livre de poèmes, laissé par l’occupante de la place voisine ; curieux, il commença à le lire, et quand son tour vint de prendre la parole, il prit le livre, monta sur scène, et devant l’assistance surprise, au lieu de parler de son livre, se mit à lire un, puis deux poèmes, puis plusieurs, pour faire immédiatement partager au public présent stupéfait l’enthousiasme qui l’avait saisi à la découverte imprévue de ce qu’il a le premier appelé un « chef d’œuvre inconnu ». Son enthousiasme communicatif marqua les esprits et ce fut le début d’une aventure incroyable.

Création de l’association

À la suite de cette séance, la veuve du poète, Yvonne, reçut un appel d’un inconnu, qui cherchait en vain à retrouver depuis quelques années un ami poète de jeunesse perdu de vue, du nom d’André Stagnaro, et qui venait d’apprendre ce qui s’était passé au club du Faubourg ; journaliste et poète, il organisait avec un groupe d’acteurs culturels de l’époque, des manifestations poétiques, dirigeait la revue « Flammes vives » et animait le groupe « Cadences ». Enthousiaste aussi à la lecture du livre, il proposa aussitôt de créer une association, pour le faire connaître, association dont le siège social serait dans l’immeuble de l’avenue de Ségur, à Paris où vivaient toujours l’épouse et les filles et où avait vécu et était mort son ami, trop tard retrouvé.

Ce fut l’association des amis d’André Stagnaro, déclarée en 1958, et qu’il anima jusqu’en 1980 ; le vice président en était Paul Fort.

Activités de l’association

Le premier hommage eut lieu en 1958 à Paris à la galerie Roméo et Juliette, avec exposition, concert et lecture. C’est alors que la fille cadette du poète, Anne (qui venait de terminer ses études d’art) prit conscience de la portée qu’il pouvait y avoir à diffuser une œuvre qu’elle avait jusque là considérée comme domaine sacré d’un trésor privé, et commença avec Madaillan (puis de son côté, en France et à l’étranger au cours de ses voyages), à s’engager dans les manifestations publiques.

1958-1980 :

de nombreuses lectures, expositions avec des dessins et peintures d’artistes contemporains comme entre autres en 1980 au Barnard College à l’université Columbia à New York.

1998 :

changement de présidence et d’adresse

Tous les fondateurs et membres du conseil d’origine étant décédés, le flambeau fut repris par Anne, la fille cadette de l’auteur et le siège social transféré en Touraine, où réside la nouvelle équipe, présidée par André Lascombes, professeur à l’Université de Tours et à son Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance.

Une nouvelle déclaration est déposée au journal officiel, les statuts demeurant inchangés, avec le nouveau libellé :
Association des amis d’André Stagnaro-Poésie Vivante

 

jaquette de Dédale
Jusqu’en 1997 le livre était alors dans sa présentation de l’édition de 1951, en mauvais papier de l’après guerre, non coupé comme cela se faisait à l’époque. Il avait piètre mine au milieu des productions qui l’entouraient.
nouvelle jaquette Dédale
L’association décide alors d’éditer une jaquette plus élégante, avec une illustration en couverture, préfigurant ce qu’on pouvait lire en première page intérieure ; à paraître : Dédale, tirage en couleur, hors texte de Anne Stagnaro. C’est cette présentation qui demeure encore aujourd’hui.

Conférence et soirée consacrée à « Dédale » au Club des Poètes (de J.P. Rosnay) à Paris

1999 :

Création à Tours du premier concours international de calligraphie sur un poème de « Dédale » en collaboration avec l’institut Alcuin de Saint-Cyr sur Loire.

2000 -2003 :

Animations scolaires (Joué-Lès-Tours)
Concert et lecture au Museum d’Histoire Naturelle de Tours
Au programme, « Bestiaire des poètes »
Création des « Hivernales Poésie » à Tours (exposition : sculptures d’insectes, Concert).
Conférence de Jean-Pierre Rosnay, club des Poètes de la rue de Bourgogne, Paris
Lecture avec Bertrand Suarez-Pazos, comédien

2004 :

À Tours et pour les communes de l’agglomération.
Mars : Poésie à l’oreille
Sur simple appel téléphonique, une voix vivante interprète 3 poèmes de langue française que l’appelant souhaite entendre ou encore un programme proposé pour cet appelant (Voix : Anne Lascombes)

– Du 9 au 14 Mars : Poésie à domicile
Pour les amoureux de poésie qui ne peuvent se déplacer, une heure de lectures poèmes et musique (pour la communauté d’agglomération)

Lecture et musique « De Marie de France à Marie Noël »
Florilège des plus beaux poèmes d’amour, du Moyen Age au XXI° siècle
(Salle Capitulaire des celliers Saint Julien à Tours)

Lecture et musique « Bestiaire des Poètes » Tours
– Poèmes et fables : Apollinaire, Baudelaire, Hugo, La Fontaine, Anouilh, Desnos… Stagnaro et les autres. Salle capitulaire des celliers Saint Julien.
– « Dire la poésie » Joute d’interprétation. Tout public

2005 :

Poésie mémoire
Voix et mémoire, duo inséparable.
L’expérience a montré que cela correspond à un besoin. D’ailleurs il existe déjà, dans des structures para-hospitalières, des ateliers « mémoire », pour entretenir l’activité du cerveau et retarder les effets du vieillissement. L’activité proposée par AAS Poésie Vivante approche différemment l’activation de la mémoire. Il ne s’agit pas de listes de mots, d’objets ou de chiffres, mais de poésie, c’est-à-dire que c’est par l’écoute et la répétition de rythmes, par la musicalité des mots, des rimes, des assonances, des images mentales, que la mémoire s’active, et se développe en jouant à la fois avec la forme et le sens, à travers la beauté des textes.
Les textes utilisés partent de la mémoire de l’enfance, et des choix faits par chacun des participants. Ceux-ci découvrent, avec les joies du « par cœur » poétique, et ce qu’Anne Lascombes appelle le « mime vocal », que leur mémoire est capable de beaucoup plus de performances qu’ils ne le croyaient, parce qu’elle est alors fondée sur le plaisir de l’oreille. C’est le plaisir actif de découvrir les multiples possibilités d’expression de sa propre voix.
Ce travail-jeu, qui ne vise ni la compétition ni la performance, se fait par petits groupes, de cinq à dix personnes maximum, sous la houlette d’Anne Lascombes, qui met depuis de nombreuses années au service de la poésie son expérience du théâtre, de la voix, du mime, acquise auprès de ses maîtres, Béatrice Dussanne et Etienne Decroux.
Particulièrement utile aux isolés, comme aux poètes, comédiens, enseignants, ce travail concerne un public très large, puisqu’avant tout c’est de développement personnel qu’il s’agit.

2006 :

Fileuses de rêve - AAS

Les Kakémonos                                           « L’oiseleur », dessin de Tsio Ouro                 « Écorce », photographie d’Armande de Vic
Une exposition : « Les yeux du rêve »
Dix panneaux muraux comportant des poèmes extraits de « Dédale » d’André Stagnaro, alternent avec des dessins et tableaux de Tsio Ouro, des photographies d’Armande Lascombes, dont les formes, tirées d’éléments naturels, sont présentées comme des points de départ de la rêverie, à la limite de l’abstrait mais toujours identifiables (fenêtres insolites , mur de pierre, nuages) et répondent en «écho » aux textes du poète.

Parmi ces textes, 1 tableau devinette (comme « le petit lion » de Tsio-Ouro), conduit le visiteur à s’interroger sur ce qu’il voit et alimente sa rêverie personnelle. Les phrases, ou les courts textes-poèmes qui seront écrits sur place par le public à partir d’un tableau choisi seront accrochés au fur et à mesure à côté des tableaux.

Concert lecture

Les textes de devanciers qui ont nourri la jeunesse du poète (Baudelaire, Rimbaud, Verlaine, Nerval, Desnos) dits autour de poèmes forment l’essentiel du programme, (création en avant-première), extraits de « Dédale » d’ANDRE STAGNARO
Interprètes : Marie Christine Barrault, comédienne
Accompagnée d’Arnaud Dumond, guitare
Pièces interprétées en solo : Bach, Haendel, Weiss, Coste, Barr
Prieuré Saint Cosme (maison de Ronsard, à La Riche) dimanche 12 Mars 2006 à 17h.
Ce concert, enregistré en direct, a donné lieu à l’édition d’un CD réalisé avec l’aide du Conseil Général. (voir page événements)

2007 :

– Edition de plaquettes :

CHEMINS, extraits de « Dédale ». Illustration de Tsio-Ouro
EVE, dix poèmes d’amour, d’André Stagnaro. Illustration de Tsio Ouro.

– Edition de trois CD des concerts-Poésie créés pour le Printemps des Poètes 2006
CD n°4 : « Poète au bois dormant » enregistré au prieuré Saint Cosme (concert du 15 Mars 2006 avec Marie Christine Barrault.)
CD n°5 : « Cœurs et Chœur d’Amour épris » poèmes d’amour et chants du monde avec l’ensemble Plurielles, dirigé par Marie-José Pacqueteau.
Le concert est créé le 18 Mars 2007 salle Jean de Ockeghem à Tours pour le « Printemps des Poètes ».
CD n° 6 : « Amours profanes, Amour sacré »
Concert créé en l’église de Fondettes pour le « Printemps des Poètes ». Textes dits par Anne Lascombes et Bertrand Suarez-Pazos – avec à la Harpe : Catherine de Preissac

2008 :

Printemps des poètes
– 18 Mars : Concert Poésie : « de Frères humains à la Faucille d’or » TOURS
– 30 Août : Concert : chansons et poèmes
Promenade Renaissance » avec le quatuor Thélème (en costume) et luth. Grange des Dîmes FONDETTES
– 6-14 Septembre : animations organisées dans la grange des Dîmes à FONDETTES dans le cadre de l’exposition « De la brebis à la tapisserie, fileuses de rêves », exposition organisée avec l’Association ARTS ET PATRIMOINE, pour le cinquantième anniversaire de AAS Poésie Vivante, visites commentées par Anne Lascombes, professeur d’histoire de l’art.
– 14 Août : Concert Poésie, grange des Dimes à FONDETTES
Polyphonies vocales de la Renaissance avec l’ensemble Candor Vocalis.
– Novembre
fileuses de rêve aasÉcriture et enregistrement (film vidéo) « Fileuses de rêves »

2009 :

Printemps des poètes

15 Mars 2009 : « Venez prendre un vers… »
Florilège de poèmes interprétés par Anne Lascombes et Bertrand Suarez Pazos et ponctuations à l’argilophone.
suivi de « poèmes à la carte » et de dégustation.
Août 2009- lectures à domicile pour des personnes isolées

2010 – 2011 :

– Concert lecture : « Nuages, volcans, paysages du dedans »
11 Mars à 17h, à l’Hôtel de ville de Tours
(avec le trio de flûtistes « le secret des sphères », récitante : Anne Lascombes)
– Concert « Paysages intérieurs »
Dimanche 20 Mars 2011 à 17h, église de Fondettes
Poèmes, et chœur avec Catherine Salviat, sociétaire honoraire de la Comédie Française et Anne Lascombes, plus le chœur« Lux Aurumque ».

2012 :

Printemps des poètes

Concert : « Notes et mots » Tours 13 mars
Florilège de poèmes, Piano, violoncelle

– 18 Mars centre culturel de l’Aubrière à Fondettes
Théâtre poétique : « La soupe et les nuages »
La Compagnie du Vieux Singe (sélection du Printemps des Poètes), création autour des petits poèmes en prose de Charles Baudelaire.

2013 – 2018 :

Préparation du site, et de la réédition de« Dédale » avec hors textes de Tsio Ouro, projet d’édition des inédits

Développement de Poésie par téléphone, dans toute la France
Programme : « Nouveaux poèmes anciens »…
Les textes qui sont interprétés, à voix vivante, sont choisis pour être accessibles à tous, adaptés à l’âge et à la nature du public attendu : ( enfants, jeunes, adultes et anciens). Les programmes rassemblent, autour de textes d’André Stagnaro, les plus beaux poèmes de notre patrimoine, connus et moins connus, de Villon à Victor Hugo, de La Fontaine à Baudelaire, et jusqu’aux poètes contemporains, mêlant le plaisir de reconnaitre des mots entendus durant l’enfance ou la jeunesse à celui de la découverte de textes nouveaux. Le programme fait parcourir la gamme étendue des émotions humaines, servi par la voix vivante de comédiens et de musiciens habités par l’esprit de poésie.
Les programmes empruntent à Mozart, Schubert, Bach, Rossini, Ravel ou Debussy, au piano, guitare, violoncelle, flûte, harpe, accordéon : musiques et mots emportent l’auditeur dans un voyage fait de beauté, d’émotions et de bonheur.